Catégories
Cuisine Tonique

4 façons de déguster vos plates-bandes

Vous avez un petit terrain avec des parterres de fleurs ? Vous aimeriez pouvoir récolter quelques légumes chez vous et vous n’avez pas de place pour un potager ? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez intégrer des légumes dans vos plates-bandes, quitte à agrandir un peu celles-ci et diminuer la superficie de la pelouse.

On pense souvent que les légumes doivent être cultivés uniquement dans un potager et, pour les propriétaires qui n’ont pas beaucoup d’espace, les bacs de légumes surélevés, avec de la terre rapportée, sont la tendance depuis quelques années. C’est une option bien sûr, mais elle est coûteuse et cela ne s’intègre pas nécessairement à votre aménagement.

Par ailleurs, de nombreux légumes sont très décoratifs alors pourquoi ne pas ajouter des plantes utiles et comestibles dans vos plates-bandes fleuries ?

Les fines herbes

Les fines herbes comme le persil, le thym, la sauge, le romarin, le basilic et bien d’autres, s’intègrent parfaitement en bordure d’un parterre de vivaces, surtout qu’on trouve des variétés de différentes couleurs comme la sauge panachée et le basilic pourpre. Et que dire de la ciboulette qui fleurit au mois de juin ! Par ailleurs, si vous avez un vrai potager loin de la maison, c’est vraiment pratique d’avoir ces fines herbes à portée de main pour garnir vos plats en dernière minute.

Verdures…de toutes les couleurs

Les laitues viennent aussi dans toute une palette de couleurs du vert au pourpre. Le mesclun est particulièrement décoratif. C’est une bonne idée d’en ressemer toutes les 2 ou 3 semaines pour avoir toujours de jeunes laitues sous la main et, comme elles souffrent facilement de la chaleur estivale, elles prospèrent mieux à l’ombre des plantes décoratives plus grandes.

Les bettes à cardes multicolores sont également très décoratives, de même que les différentes sortes de chou-kale qui ont le grand avantage de résister très bien aux premières gelées. Ainsi, lorsque vos annuelles auront gelé, vous pourrez profiter tout l’automne de ces choux décoratifs tout en consommant quelques feuilles. On en a toujours trop de toute façon, alors autant en profiter pour enjoliver votre jardin d’automne.

Légumes vivaces

Parmi les « légumes » vivaces, il y en a deux qui se prêtent particulièrement bien à une intégration dans une plate-bande fleurie : la rhubarbe et les asperges.

La rhubarbe est une plante vivace très robuste qui produit de fleurs blanches spectaculaires au début de l’été. Elle peut vivre plus de 50 ans au même endroit ! Elle prend cependant beaucoup de place et il convient de la placer en arrière-plan de votre parterre. On consomme les pétioles (la tige des feuilles) surtout au printemps pour en faire de la compote, mais on peut les récolter tout au long de l’été. Les « tiges » seront sans doute plus coriaces, il suffit de les peler un peu.

Les asperges, dont on consomme les « turions » de bonne heure au printemps, produisent ensuite un magnifique feuillage plumeux qui est du plus bel effet parmi d’autres grandes fleurs vivaces ou annuelles comme les échinacées, rudbeckies, cannas, etc.

Pensez déjà à l’an prochain

Si vous croyez qu’il est trop tard pour agir cette année, planifiez vos parterres gourmands dès maintenant en vue de l’an prochain. Et rappelez-vous d’y aller un choix à la fois. Ainsi, chaque année votre paysage gourmand s’agrandira.


L’automne au jardin et la conservation des légumes

L’automne est le meilleur temps pour transplanter et planifier pour la saison suivante. De plus, vous apprendrez toutes les façons de conserver l’abondance estivale : que ce soit la mise en conserve, la déshydratation ou la lactofermentation. 

Joignez-vous à la retraite « L’automne au jardin et la conservation des légumes » qui a lieu du 12 au 15 septembre avec Edith Smeesters et Lili Michaud.


Edith Smeesters, biologiste, a donné d’innombrables conférences et formations sur le jardinage écologique et elle a écrit plusieurs livres à ce sujet depuis 20 ans. Le dernier intitulé : « Guide du jardinage écologique » (Broquet, 2013) résume ses 40 ans d’expérience. Elle a été une personne clé dans la création d’un code de gestion des pesticides au Québec en 2003 et elle a reçu plusieurs prix pour son implication en environnement.

Lili Michaud est agronome urbaine. Reconnue pour son professionnalisme, son objectivité et ses qualités de vulgarisatrice, elle possède une solide expertise concernant les pratiques écologiques urbaines et la culture des plantes comestibles. Depuis 26 ans, elle transmet sa passion à travers la présentation de conférences et l’écriture. D’ailleurs, son septième livre verra le jour à l’automne.  Il traitera de germinations et de pousses.