Catégories
Art de vivre

5 façons de favoriser une interaction bienveillante avec une personne atteinte d’Alzheimer

Que ce soit dans un contexte personnel ou professionnel, afin de favoriser une meilleure interaction une personne atteinte de cette maladie, il est important de prendre en considération quelques aspects.

Voici ce que nous suggérons 

Approchez la personne sans la surprendre
  • Approchez la personne tout en l’interpellant avec une voix douce
  • Assurez-vous d’établir un contact visuel avec la personne et maintenez-le
  • Rapprochez-vous lentement de la personne
Assurez-vous d’avoir son attention
  • Minimisez ou éliminez les bruits environnants
  • Faites face à la personne lorsque vous lui parlez
  • Si la personne ne semble pas vouloir interagir avec vous, ne la forcez pas. Mentionnez-lui que vous reviendrez plus tard.
Si la personne atteinte ne semble pas comprendre ce que vous dites
  • Restez calme et tentez de simplifier l’énoncé ou la consigne
  • Considérez votre langage non verbal. Est-ce qu’il peut vous aider à vous faire mieux comprendre?
  • Touchez doucement la personne sur le bras afin de vous assurer d’avoir son attention
Faites de l’écoute active
  • La communication verbale peut devenir difficile pour une personne atteinte d’Alzheimer. Essayer de comprendre ses émotions par les gestes et la posture de votre interlocuteur.
  • Soyez patient et permettez à votre interlocuteur de compléter ses phrases ou ses pensées.
  • Assurez-vous d’avoir bien compris son message. En lui répétant des mots-clés ou en résumant de façon simple ce qu’elle vous a dit, votre interlocuteur se sentira écouté et encourager à continuer la conversation.
Gardez en tête que vous aurez de meilleurs résultats si vous
  • Articulez tout en parlant lentement et doucement
  • Utilisez des phrases courtes et simples pour énoncer une consigne à la fois
  • Attendez qu’elle réagisse à ce que vous dites avant de poursuivre avec la conversation ou une nouvelle consigne

Le langage non verbal

La progression de la maladie d’Alzheimer rend la communication de plus en plus difficile. Il est donc important d’avoir une bonne compréhension de l’impact que peut avoir le langage non verbal. Prenez en considération les points suivants :

Le toucher 

Prendre la main de quelqu’un démontre de l’affection sans que l’on doive échanger un seul mot. Lorsqu’une personne atteinte d’Alzheimer a de la difficulté à verbaliser ses émotions, il est important de bien prendre note des réactions qu’un toucher occasionne (sourire vs malaise) afin de respecter ses besoins.

La distance 

Portez attention à la distance que vous mettez entre vous et une personne atteinte ainsi que les réactions que cela génère. Adaptez-vous conséquemment.

Votre posture 

La posture que vous prendrez lors d’une interaction avec une personne atteinte d’Alzheimer pourra l’inciter à se mettre en état d’alerte ou la calmer. Une posture détendue démontre sans le verbaliser que tout se passe bien et que vous êtes en sécurité.

Les gestes 

Utilisez et interprétez les gestes que vous faites et ceux que vous recevez. Invitent-ils à continuer la conversation ou la clore?

Dernièrement, afin de vous outiller le plus possible dans l’objectif de favoriser une bonne interaction avec une personne atteinte d’Alzheimer, nous vous invitons à en apprendre le plus possible sur cette maladie ainsi que ses différents stades. Une meilleure compréhension vous permettra d’adapter votre approche et mettre en pratique les conseils ci-dessus plus aisément.

Article tiré du blogue Vitoli d’Eric Simard.


Vous avez aimé ce contenu ? En voici d’autres qui pourraient vous intéresser !

Vivre jeune plus longtemps
  • Du 14 au 18 août
  • Retraite animée par Eric Simard

La longévité en santé vous intéresse ? Comment faire pour conserver vos capacités le plus longtemps possible ? Comprenez mieux ce que font les populations centenaires et ce les études scientifiques récentes peuvent nous apporter comme astuces pour bien vieillir. 

8 recommandations pour améliorer votre santé cognitive

Une étude récente démontre une corrélation parfaite entre les niveaux de santé cardiovasculaire et la réduction des risques de démence.