Catégories
Art de vivre

Bouger pour soi

Par Lucie Beaudry
Éducatrice somatique, professeure de la Technique Nia, thérapeute par le mouvement et les arts expressifs ainsi qu’artiste en art visuel.

J’enseigne la technique Nia depuis bientôt 4 ans. Je souris encore lorsque je me remémore comment cette approche s’est glissée à mon horaire…

J’ai alors 35 ans et suis la directrice des opérations d’une boîte de gérance et de production dans le domaine de la musique. Mes horaires sont complètement fous – pour ne pas dire hystériques – et je n’arrive jamais à me réserver du temps pour moi. Déjà, je compose avec une hernie lombaire diagnostiquée 5 ans auparavant, des suites de blessures importantes au dos dans la pratique de sport tels le patinage artistique et la danse durant mon enfance et mon adolescence. Et je commence maintenant à avoir des problèmes avec un genou.

Je me dis que c’est sûrement une autre conséquence des sports d’antan, seulement voilà, mon ostéopathe-physiothérapeute en arrive à un diagnostic bien différent. Après avoir connu les beaux jours d’une forme athlétique, j’apprends que j’ai un problème découlant d’un conditionnement musculaire (une mauvaise habitude de mouvement), accompagné d’un manque de tonicité musculaire.

Un manque de tonicité musculaire! C’est la brique en plein visage. Comment est-ce possible?! Je n’ai que 35 ans!

J’avais fait la découverte d’une approche appelée la Tehnique Nia quelques mois auparavant et avais beaucoup de mal à pratiquer la discipline sur une base régulière, les urgences du bureau empiétant constamment sur mes activités personnelles. En quittant mon ostéopathe-physiothérapeute ce jour-là, mon intention était claire : m’accorder du temps pour retrouver la forme. Je devais apprendre à m’occuper de moi.

Aussi ai-je réussi à jalousement protéger ces plages horaires dans les semaines qui suivirent. Mon employeur a vite compris que ces moments étaient dorénavant sacrés à mon agenda. Étrangement, alors que je craignais devoir affronter beaucoup de résistance, il semble que ma démarche ait été une inspiration pour le bureau. Il faut dire aussi que j’étais devenue encore plus productive à très court terme, oxygénée et énergisée par le mouvement. C’est donc tout le bureau qui commença à s’activer… y compris le patron!

De fil en aiguille, je suis devenue professeure de Nia, m’assurant ainsi de ne plus jamais négliger ma santé physique. Ce fut ainsi le début d’un virage professionnel, la santé, le mieux-être et la conscience de soi étant devenus des champs d’intérêt importants pour moi.

Prendre soin de soi, ça s’apprend,
une étape à la fois.

La technique Nia offre cette possibilité de se mettre en mouvement tout en étant à l’écoute de soi et de ses limites. L’approche invite essentiellement à retrouver le plaisir de bouger, sans pression de performance. Du mouvement pour soi, que pour se faire du bien.

Si l’approche vous intéresse, venez en apprendre les fondements lors du week-end thématique du 29, 30 et 31 octobre, au Spa Eastman. Il me fera grand plaisir de bouger avec vous.

Lucie