Catégories
Art de vivre

Ma cure de l’intérieur

Par Marie-Ève Lejour
En séjour au Spa Eastman du 14 au 21 janvier 2011

Je suis arrivée au Spa Eastman le vendredi après-midi après un long voyage d’une durée de cinq minutes (ou quatre kilomètres! j’habite à Eastman). J’ai osé croire que je pourrais décrocher si près de chez moi et dans un milieu qui m’est familier (presqu’une deuxième famille) et où je suis également connue (je donne des ateliers sur les soins naturels deux fois par mois). Une intuition me disait que je devais faire le séjour de découverte en alimentation vivante, l’occasion s’est présentée, et hop!

Arrivée : station Dumulon. Ma chambre est coquette et menue. Tout a été bien pensé : petite chaise, bureau d’écriture. Je retrouve mes savons chéris.

Dès le premier repas, je rencontre des gens accueillants, souriants, aimables, qui semblent être là pour les bonnes raisons. Je me sens à la bonne place. J’avais tellement hâte de découvrir l’alimentation vivante en retraite fermée et de me faire de nouveaux repères.

Mon objectif est d’intégrer dans ma vie de plus en plus d’aliments crus, d’améliorer ma santé et celle de ma famille.

Selon les dires de plusieurs, j’allais avoir très faim. Ma plus grande crainte à moi était de tellement m’ennuyer des enfants que j’en ferais une obsession – rien de tout cela n’est arrivé. J’ai eu accès à de l’excellente nourriture à satiété. Je n’ai jamais eu faim durant la cure, au contraire. À quelques reprises, mes yeux ont été plus grands que ma panse. Et les enfants… ? À défaut de passer pour une mère indigne, je dirais seulement que cette distance était nécessaire et fera de moi une meilleure mère et meilleure conjointe, plus sûre d’elle, et, à long terme, par suite de tous les bénéfices de l’alimentation vivante, mieux dans sa peau.

Notre curiste en chef, Roxane Vézina, est une femme allumée, attachante et humaine. Loin d’une « granola drastique pure et dure », elle nous fait découvrir l’alimentation vivante grâce à la vingtaine d’ateliers prévus pour nous durant la semaine.

Oui, oui! Vingt ateliers, dont le contenu touche non seulement l’alimentation vivante, mais aussi, comme elle le dit si bien, les trois autres pattes de la chaise : l’exercice, le repos, les émotions. Un programme complet! J’avoue avoir eu un peu peur que cet horaire ressemble à mon horaire de travail surchargé, mais une fois les obligations professionnelles et la préparation des repas enlevées, on a vraiment beaucoup plus de temps qu’à l’habitude, et, de plus, les activités ne sont jamais obligatoires – chacun choisit ce dont il a envie de faire selon ses états d’âme, sa fatigue et sa digestion (il faut se rappeler qu’on est en détox, en sevrage des aliments cuits et des dépendances diverses que chacun cultive amoureusement – café, tabac, alcool, sucre)… Quelques effets secondaires sont parfois observés chez les participants. De mon côté, mon estomac a fait des borborygmes à souhait… Je me suis immédiatement vue graciée d’un surplus d’énergie m’incitant à réduire mes heures de sommeil (7-8 au lieu de 9-10). J’ai fait quelques cauchemars les deux premières nuits, puis, tout est rentré dans l’ordre. Les quelques maux de tête des curistes ne résistent généralement pas à l’application de gouttes de menthe poivrée.

Pizza de cure!

Donc, pas de faim, surplus d’énergie, puis quoi encore ?

Cette semaine, en plus de rencontrer des gens ouverts, brillants, qui ont fait le choix de prendre leur santé en main, des battants, aussi, parfois aux prises avec des situations difficiles, des maladies ou des crises existentielles, je repartirai avec une trousse d’outils qui me permettra de faire ce que je veux, selon mon bon vouloir : d’ajouter plus de vert à mon assiette à manger exclusivement vivant. On verra bien!

J’ai récemment fait l’acquisition d’un Vita-Mix, super mélangeur haute vitesse qui m’a permis d’expérimenter les smoothies verts depuis début décembre. Après quelques semaines, j’avais perdu le goût du café que j’adorais, pourtant. Il était devenu trop amer. En cure, on boit quelques smoothies, mais également du jus d’herbe de blé et des jus verts. On nous parle de l’Institut Hippocrate et de l’Institut Ann Wigmore, pionniers en alimentation vivante, où des milliers de personnes (y compris une des curistes de cette semaine) se sont rendus et ont amélioré ou guéri leur condition médicale grâce au vivant. Notre amie avait guéri son cancer sans chirurgie, radio ni chimiothérapie… vraiment impressionnant! Nous sommes si chanceux d’avoir un programme au Spa Eastman qui nous permette d’aborder ce mode de vie abondant en prévention, plutôt qu’en rétablissement!

Plus qu’un mode d’alimentation, le vivant nous permet de nous responsabiliser et de reprendre contrôle de notre santé par des moyens si simples, finalement : respirer, boire de l’eau, bouger, bien manger…

Tout le monde aurait avantage à en savoir plus sur le sujet. Et que dire du plaisir ? Il est partout! Dans la bouffe, dans les conférences (celle de David Côté et de son lait au chocolat a fait beaucoup d’effet à des curistes en manque de sucre!) et dans les soins… comme différents instruments d’un orchestre d’une nouvelle musique, si agréable à écouter. Vous rappelez-vous la première fois que vous avez entendu le Canon de Pachelbel ?

Je pensais que la qualité de mon alimentation était bonne. Je pensais me nourrir bien. Je ne suis pas choquée d’avoir appris le contraire. Comment savoir sans avoir accès à ce type de renseignement au quotidien ? J’ai 35 ans cette année et je sentais une révolution intérieure se préparer. Grâce à mon séjour de cette semaine, j’ai les outils pour harmoniser mon intérieur et celui des membres de ma famille, graduellement, dans le plaisir et avec leur consentement, bien entendu. Depuis déjà cinq ans, je mène déjà une bataille contre les produits corporels transformés (je dirige la Savonnerie des diligences, entreprise fondée avec mon mari, et nous fabriquons des savons et produits corporels naturels fabriqués avec des huiles comestibles).

Je salue donc mes copains/copines de cure grâce à qui j’ai souri et ris si souvent pendant cette semaine et également grâce à qui j’ai beaucoup appris sur moi, dans le partage : Danielle, Johanne, Louise, Lonnie, Francine, Noëlla, Nathalie, Brigitte, René, et bien sûr, Roxane.

Ah… j’oubliais! Je suis repartie du Spa la tête pleine de bonheur et six livres en moins! Un excellent départ en 2011!

Marie-Ève

NdlR : vous trouverez les dates des prochaines semaines de découverte de l’alimentation crue et vivante en cliquant ici.